Site ACF - Test corrections

Minnewiller (ou Meywihr).

Les ruines du château de Minnewiller (Meywihr ou Meiwihr), à quelques pas au sud d'Ammerschwihr, retiennent peu l'attention du passant. Perdues dans les vignes, elles ne sont que les vestiges d'un petit Burg de plaine, comme il en a existé des dizaines d'autres dans la région au Moyen Âge.

(photo : Jean-Marie NICK)
Les vestiges du château de Meiwihr, à Ammerchswihr : un soubassement de donjon d'une hauteur de deux mètres.

Connu également sous la dénomination de Minnewiller ou de Meiwihr, le donjon arasé constitue le seul resté du village disparu de Meiwihr. Le site appartient d'abord à l'abbaye de Murbach. Au XIIIe siècle, les comtes de Ferrette, avoués des princes-abbés, s'approprient le château qui passe ensuite aux mains des Rappolstein, une première fois en 1279, une seconde fois en 1288, une dernière fois et définitivement en 1291. Au XIVe siècle, le site est déjà abandonné, puisque nommé Burgstall (château vide ou château-fantôme...). Il ne s'agit pas là d'une fortification stratégique. Ayant changé maintes fois de propriétaires, la ruine sert de carrière en 1782, lors de la construction du nouveau presbytère de la ville voisine.

(photo : Jean-Marie NICK)
Les ruines du Meywihr, perdues dans une mer de vignes, ne sont que les vestiges d'un petit château fort de plaine.
(photo : Jean-Marie NICK)
Meywihr : détail du chaînage d'angle.


Les vestiges visibles ne sont guère impressionnants: il s'agit d'un soubassement de donjon d'une hauteur de deux mètres. La tour carrée, d'environ 8 m de côté, possède une surface intérieure habitable de près de 13 m2...
Les archéologues ne sont pas d'accord quant à l'origine de Minnewiller. Selon les uns, dont Salch, il s'agit d'une motte féodale et les murailles (en moyen appareil sauf le chaînage d'angle en pierres à bossage) mises au jour ne constitueraient que les fondations emmottées du château. Selon d'autres, dont Gilbert Meyer, la tour se trouve à son niveau primitif. Dans ce cas, le tertre, qui était visible auparavant, proviendrait de l'amas des débris réunis lors du démantèlement du site. Ce château n'a sans doute pas joué un rôle prédominant dans l'histoire d'Ammerschwihr. À partir du moment où la ville avait été élevée au rang de cité impériale, le rôle purement politique du château en était réduit à sa plus simple expression et le site ne pouvait plus avoir d'importance stratégique.

Texte et photos : Jean-Marie NICK

Voir aussi la page de la ville d'Ammerschwihr

© ACF 2011. Mentions légales | Contact | Administration  |  78160 visites | 912433 pages lues  |