Site ACF - Test corrections

Le Haut-Kœnigsbourg.

Situé à 755 m d'altitude sur le ban d'Orschwiller (canton de Sélestat), le Haut-Kœnigsbourg est le château fort alsacien le plus connu, non seulement en France, mais sans doute en Europe. De nombreux guides et ouvrages l'ont décrit. Aucun livre traitant des forteresses médiévales alsaciennes ne l'ignore.

(photo : A. LICHTENSTEGER)
Accès oriental du Haut-Kœnigsbourg : le château est long de 240 m et large de 60 m en moyenne.

Nous ne narrerons donc pas son histoire en détail et nous ne décrirons pas son architecture.

Nous nous contenterons de donner ici les principales dates qui ont marqué son passé. Les images (photos récentes et cartes postales anciennes) parleront d'elles-mêmes de ce symbole de l'Alsace d'antan.



(photo : A. LICHTENSTEGER)
Front sud extérieur du Haut-Kœnigsbourg : le donjon protège et surveille les bastions, lequels défendent les tours d'angle du rempart.



744. – Mention du "Mons Estufin", le "Stophanberck" (Stauffenberg), "Stoph" signifiant calice renversé en vieux-allemand. La terre appartient à l'abbaye de Saint-Denis.
1114. – Construction du castrum Estufin par Frédéric le Borgne, duc d'Alsace et de Souabe, issu de la famille de Hohenstaufen (d'origine souabe).
1147. – L'abbaye de Saint-Denis proteste contre l'usurpation de sa terre alsacienne.

(photo : A. LICHTENSTEGER)
Haut-Kœnigsbourg : entrée occidentale. C'est l'accès principal. La tour porte est équipée d'une magnifique bretèche, visible à droite sur l'image.

1192. – Le site est appelé Kœnigsberg.
1153. – Le château apparaît sous sa dénomination de Hoenkungsburg.
Milieu du XIIIe siècle. – Le site est aux mains des ducs de Lorraine. Les châteaux (les actuels Haut-Kœnigsbourg et Œdenbourg) sont successivement occupés au titre du duc de Lorraine par Cunon de Bergheim, puis inféodés aux comtes de Werd (qui le confient aux Rathsamhausen et aux Hohenstein).
1359. – Les comtes Œttingen, successeurs des Werd, vendent le château aux évêques de Strasbourg. Le duc de Lorraine proteste…

(photo : A. LICHTENSTEGER)
Haut-Kœnigsbourg : le bastion (Bollwerk, en allemand) possède des murs de 9 mètres d'épaisseur à la base.

1398. – Devenu bien d'Empire, le château oriental est remis aux Rathsamhausen par le roi Venceslas. La partie occidentale est aux mains des Hohenstein.
1454. – Le château subit un siège dans le cadre d'une guerre seigneuriale.
1462. – Des chevaliers brigands utilisent le château comme base arrière. Une milice détruit le site.
1479. – L'empereur Frédéric III remet le château aux comtes de Thierstein qui rebâtissent cette forteresse désormais habsbourgeoise.
1519. – Mort du dernier des Thierstein. Le château est racheté par l'empereur Maximilien 1er.

(photo : A. LICHTENTEGER)
Haut-Kœnigsbourg : le palais protégé par sa situation centrale et par le donjon de 49 m de haut.

1534. – Importants travaux. Le donjon est quasiment rasé. Les Sickingen sont nommés gouverneurs militaires des lieux.
1606. – Le château est aux mains du baron Rodolphe de Bollwiller. À sa mort, le site passe à son gendre, Jean-Ernest Fugger.
1633. – Le château est pris par les Suédois qui l'incendient.
1648. – Le Haut-Kœnigsbourg passe à la France en vertu des traités de Westphalie.
1670. – Les Fugger sont dépossédés du site qui revient aux Sickingen, lesquels le vendent aux Boug, propriétaires des lieux jusqu'à la Révolution.


La même vue que ci-dessus... en 1912. (carte postale - collection privée)

1825. – La ruine et la forêt attenante appartiennent à un M. Dreyfus de Ribeauvillé.
1851. – La propriété est cédée à la famille Mannheimer.
1865. – La ville de Sélestat acquiert le site.
1899. – La ville de Sélestat offre la ruine à l'empereur Guillaume II.
1901-1908. – Reconstruction du château.
13 mai 1908. – Remise symbolique de la clé à l'empereur.

Texte : Jean-Marie NICK
photos : Alain LICHTENSTEGER



Le Haut-Kœnigsbourg en images :
de la ruine offerte à Guillaume II au château actuel à travers 75 cartes postales (collection privée).

Voir la sélection de cartes postales : série 1 (paysage) - série 2 (portrait)


© ACF 2011. Mentions légales | Contact | Administration  |  84313 visites | 968963 pages lues  |